Les Spice Girls vont toucher un énorme salaire pour leur six concerts

10 novembre 2018

C'est la nouvelle que les nostalgiques attendaient depuis plusieurs années : les Spice Girls se reforment, onze ans après leur dernière tournée revival baptisée "The Return of the Spice Girls Tour". « Ces dernières années, il y avait toujours cette envie qui revenait par intermittence, certains voulaient, d'autres non, ça n'arrêtait pas de changer » a indiqué le girls band, ravi de ce comeback après de nombreux faux espoirs. Cette fois, Emma Bunton, Melanie C, Melanie Brown et Geri Horner ont annoncé qu'elles remonteraient bel et bien sur scène l'an prochain pour six concerts événement du 1er au 15 juin 2019, uniquement au Royaume-Uni. Mise en vente ce samedi 10 novembre ! Seule ombre au tableau : l'absence de Victoria Beckham, qui a toujours indiqué qu'elle avait tourné la page des Spice Girls. « Je ne rejoindrai pas mes copines sur scène mais être dans les Spice Girls a été une part si importante de ma vie et je leur souhaite tellement d'amour et d'éclate pour leur tournée qui aura lieu l'an prochain » a-t-elle écrit dans un message publié sur Instagram.

Les interprètes de "Wannabe" espèrent d'ailleurs que Victoria Beckham les rejoindra pour un soir. D'autant qu'elles toucheront un jackpot incroyable pour cette série de concerts, comme l'a révélé TMZ. En effet, selon plusieurs sources, Emma, Mel C, Mel B et Geri Horner devraient toucher 2,8 millions d'euros chacune pour les six dates programmées jusqu'ici. Soit plus de 479.000 dollars par concert ! Si la production et les Spice Girls restent inquiets sur l'engouement en billetterie en raison de l'absence de Victoria Beckham, toutes les places devraient se vendre en quelques minutes. Leur précédente tournée best of avait rapporté pas moins de 107.2 millions de dollars, en 47 concerts, grâce aux billets et au merchandising. A noter que The Sun a révélé que, malgré son absence, Posh Spice devrait toucher 20% des bénéfices engendrés par la tournée. Une très bonne affaire !

©Chartsinfrance