"All I Want For Christmas Is You" : combien rapporte le tube de Mariah Carey ?

23 décembre 2018

Vous n'avez pu y échapper, Noël a déjà envahi notre quotidien et avec lui, son lot de publicités et de chansons de saison. Mais depuis quelques années, les institutions "Silent Night" ou "Santa Claus Is Coming To Town" ont laissé place à Mariah Carey. Depuis la sortie en 1994 de son album "Christmas" dédié aux fêtes de fin d'année, la diva revient en force chaque mois de décembre, armée de son célèbre tube "All I Want For Christmas Is You". Depuis 24 ans, il s'en est vendu plus de 15 millions d'exemplaires à travers le monde, ce qui en fait encore aujourd'hui l'un des singles les plus vendus de tous les temps. S'il n'a pas pu être classé à l'époque au sein du Billboard Hot 100 car ce n'était pas officiellement un single, le hit estival revient squatter les classements du monde entier chaque fin d'année. Il vient d'ailleurs d'obtenir son plus haut score en arrivant à la sixième place des classements américains !


Si le succès de "All I Want For Christmas Is You" est total depuis 1994, certains se sont penchés sur la question économique derrière ce phénomène car ce tube est un véritable jackpot pour la chanteuse. Ainsi, selon les comptes de The Economist, Mariah Carey aurait engrangé pas moins de 60 millions de dollars de royaties autour de ce titre, entre 1994 et 2017. Un chiffre énorme qui se résume à une moyenne de 2,5 millions de dollars par an (dont 400.000 livres en Angleterre) entre les ventes du titre, les reprises, les diffusions radio ou télés et, depuis quelques années, les concerts. Profitant ainsi de la popularité de sa chanson qui résonne dans le film "Love Actually" et qui demeure encore aujourd'hui son plus gros hit commercial, Mariah Carey se lance chaque hiver dans une tournée spéciale Noël, passée deux fois par l'AccorHotels Arena en 2017 et 2018. Au passage, celle qui a publié l'album "Caution" a également décliné "All I Want For Christmas Is You" en film d'animation, en bande dessinée et même en vêtements. Et ce n'est pas fini !

©Chartsinfrance